FO favorable à une réforme de l’obligation d’emploi des handicapés

Le gouvernement a lancé le 15 février 2018 une concertation visant à simplifier et remettre à plat la politique d’emploi des travailleurs handicapés. Les premières mesures législatives pourraient être prises dès le mois d’avril. FO veillera à empêcher toute perte de droits.

Les organisations syndicales et patronales ont entamé mi-février 2018 une concertation avec le gouvernement pour réformer la politique d’emploi des personnes handicapées. Le taux de chômage de ces dernières atteint 19%, soit le double de la moyenne nationale.

Depuis trente ans, les entreprises de plus de 20 salariés ont l’obligation d’employer 6% de personnes handicapées. A défaut, elles doivent verser une compensation aux fonds d’insertion professionnelle Agefiph (privé) ou Fiphfp (fonction publique). Mais il existe de nombreuses exemptions et dérogations. Et dans les faits, ce taux d’emploi n’est que de 3,8% dans le privé pour 5,5% dans le public.

FO favorable une négociation interprofessionnelle

Continuer la lecture

Le lean : anti-gaspi ou gros gâchis ?

Latitudes données aux salariés pour éradiquer les gaspillages et améliorer sans cesse la production, organisation moins descendante et court-termiste, emplois stables… : en vogue depuis vingt ans, le séduisant mode de gestion inspiré par Toyota est pourtant devenu synonyme de pression et de dégraissage (lean signifie « maigre » en anglais). Impossible transposition du modèle nippon ? Perversion des méthodes ? Ou perversité du système lui-même ? Témoins et experts nous livrent leur avis.

[Droit] La liberté religieuse en entreprise : est-elle permise ?

Le sujet de l’exercice de la liberté religieuse au travail est d’une telle sensibilité qu’il fait grandir la tentation de l’interdire sur le lieu de travail afin de garantir une neutralité absolue. Cela n’est pourtant pas permis et ce droit est particulièrement protégé en entreprise.

Qu’est-ce que la liberté de religion ?

La liberté de religion est un droit fondamental et à ce titre elle bénéficie d’une protection accrue. Comme le rappelle la Cour européenne des droits de l’Homme, c’est un des piliers fondamentaux de toute société démocratique. Dans le code du travail, les libertés individuelles et collectives des salariés sont garanties par les articles L1121-1 et L1321-3. Cette liberté se manifeste par le droit de croire ou de ne pas croire, il en résulte l’interdiction des actes de prosélytisme.

Comment se traduit-elle pour les salariés ?

Cela dépend s’ils travaillent dans le secteur public ou privé. Dans la fonction publique elle ne peut pas justifier les manifestations religieuses puisqu’elle est doit être conciliée avec le principe de neutralité du service public et la laïcité. Par extension, des salariés de droit privé qui gèrent un service public sont eux-aussi soumis à cette neutralité. En revanche, en entreprise le principe est la liberté d’expression et l’exception est l’entrave à son exercice.

Peut-il y être porté atteinte ?

Continuer la lecture