[Astek] Négociations du droit syndical : la volonté de brider le syndicalisme dans l’entreprise

Un accord de droit syndical permet de déterminer les conditions de fonctionnement du droit des syndicats dans l’entreprise (crédit d’heures, organisation des négociations, communication vers les salariés …).

La direction a dénoncé le précédent accord en 2018 et depuis les syndicats essaient de négocier un nouvel accord.

Après l’échec des négociations en 2019 et 2021, la cuvée 2022 est un nouveau rendez-vous manqué.

FO a toujours été dans la dialogue avec la direction et a entendu plusieurs de ses remarques pour formuler des revendications équilibrées.

Une nouvelle fois, dans le cadre de cette négociation, FO a proposé de très nombreuses revendications (voir lien à la fin) pour organiser au mieux le droit syndical en permettant à un maximum de représentants de s’investir afin d’éviter la concentration sur quelques personnes et en demandant les moyens d’informer les salariés.

La dernière « proposition » de la direction, faite le 30 novembre, réduit les moyens de fonctionnement à peau chagrin (et sur certains sujets propose moins que la loi) et souhaite bâillonner la liberté d’expression des syndicats en interdisant de contacter les salariés sur leur mail professionnel, en interdisant la publication d’information sur des sites externes … Ceci est inacceptable.

Pour FO, le PDG et le DRH font tout pour qu’il n’y ait pas de signature d’un accord pour permettre un bon fonctionnement du droit syndical et décourager l’existence de syndicats au sein de l’entreprise.

La volonté de FO est d’améliorer la vie des salariés dans l’entreprise en défendant leurs droits et leurs intérêts et cela même si ses positions ne sont pas corporate.

Voir nos revendications, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.